Actualités

Partager sur :

Bruno Marie-Rose (INSA Lyon LY IF 88), actuel "Directeur de la technologie et des systèmes d'information" au COJO Paris 2024

Vue 371 fois

Interview exclusive sur son rôle au sein du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques Paris 2024, réalisée par Léo Pernet-Mugnier (LY TC 2021).

L'Interview

Une vocation sportive précoce


Bruno Marie-Rose choisit très jeune, le basket dans lequel il excelle et intègre l’équipe de France junior. Précoce, il se dirige vers l’athlétisme, alors qu’il n’est âgé que de 16 ans et plus particulièrement vers la discipline du sprint. Ses résultats sont vite prometteurs : il remporte le titre national cadet sur 100 mètres et devient champion de France en 1984, il n’est encore que junior.

 

Les Jeux Olympiques


1984, première participation aux Jeux Olympiques de Los Angeles, il atteint la finale du relais 4X100m.

« Du coup, je me suis retrouvé sélectionné pour les Jeux de Los Angeles 1984. J'étais vraiment très jeune. Ce fut pour moi l'apprentissage du haut niveau. J'étais un peu là en spectateur, à observer des stars comme Carl Lewis que je n'avais vu que dans les magazines. Et puis ces séries, à 10h du matin, dans un Coliseum rempli par 80.000 spectateurs ! Je crois que j'ai signé le plus mauvais temps de réaction au départ des quarts de finale ! Mais avec l'équipe de France, nous sommes allés jusqu'en finale du relais 4x100m. Ce fut une belle expérience et un constat nouveau : ne penser au résultat et à rien d'autre quel que soit l'environnement. »

Bruno Marie-Rose

 Il est alors étudiant en informatique à l’INSA Lyon, dans la section sportive Haut-Niveau.

 

Les records

Les Championnats d’Europe d’athlétisme en salle, à Liévin où Bruno Marie-Rose est bien évidement engagé sur 200 m, face à Vladimir Krylov, le russe et John Regis, le britannique. Il devient champion d’Europe du 200 mètres en salle et pulvérise alors le record du monde de 16 centièmes. Une performance exceptionnelle avec un temps de 20’36 qui passe Bruno Marie-Rose à la postérité et lui permet d’intégrer le cercle très fermé des meilleurs sprinteurs mondiaux.
Il ne s’arrête pas là et revient des Jeux Olympiques de Séoul 1988 avec une médaille de bronze au 4x100. Deux ans plus tard, nouveau record du monde, jusqu’ici détenu par les Etats-Unis : celui du 4x100m en relais, aux championnats d’Europe de Split, sur un temps de 37’79.

Après le Haut-Niveau

Un parcours sportif exceptionnel, suivi d’une carrière professionnelle dans l’informatique, mais Bruno Marie-Rose n’a jamais réellement quitté le monde du sport. Il a exercé la présidence de la Ligue Nationale d'Athlétisme jusqu’en 2018, puis intégré le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 au poste de "Directeur de la technologie et des systèmes d’information".

 




5
J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité